Autodéfense intellectuelle

Il y a quelques mois, j’avais commencé à lire l’excellent « Petit cours d’autodéfense intellectuelle » du québécois Normand Baillargeon. Et puis, j’ai lâchement abandonné en route. Dans un monde où Internet – notamment à travers les réseaux sociaux -, fait la part belle à toutes sortes de croyances et de désinformations, il est essentiel de se défendre face à celles-ci.

Des ressources existent sur le Web. Lisant quelques commentaires d’un article du Figaro relatant la suspension du diplôme d’homéopathie à la faculté de médecine de Lille, je découvre aujourd’hui des chaînes Youtube de qualité :

Continuer la lecture

De l’art contemporain

Tout a commencé par les photos artistiques les plus chères au monde. Jacques Croizer en parle dans son livre Tous photographes : sur le terrain ! que je lis actuellement. J’ai voulu voir à quoi elles ressemblaient. Il s’agirait de :

Phantom de Peter Lik

Continuer la lecture

Photographie et droit d’auteur

Il y a une dizaine d’années, j’ai déposé quelques photos sur Wikimedia Commons. Wikimedia Commons est une médiathèque en ligne, d’images, de sons et d’autres médias audiovisuels, sous licence libre. Elle sert notamment à illustrer la Wikipedia.

Mes photos sont déposées sous licence Creative Commons CC BY-SA 3.0. Selon cette licence, reconnue par tous les acteurs de l’Internet, mes photos peuvent être utilisées par n’importe qui, même dans un cadre commercial, sous deux conditions : m’attribuer la paternité des photos (BY) et les diffuser selon la même licence (SA).

Rhinocéros blancs dans la parc de Hluhluwe-Umfolozi (Afrique du Sud). Photo Pierre Blouch

Parmi ces photos, se trouve une photo de rhinocéros blancs (ci-contre), que j’ai prise en 2002 en Afrique du Sud. De temps en temps, je cherche au moyen de Google en mode de recherche images, les pages Web sur lesquelles elle est publiée. J’en compte aujourd’hui près de 200. Certaines (Wikipedia en langues étrangères, notamment), respectent mes droits. D’autres non. Continuer la lecture

L’innovation dans les années 80

J’ai récemment trié et jeté à la poubelle, une pile de vieux Sciences & Avenir des années 80, qui étaient dans mon grenier. J’en ai conservé quelques uns dont les articles sont intéressants. Certains traitent d’innovations qui se sont – ou pas – concrétisées plus tard. D’autres imaginent ce que sera notre vie… en l’an 2000. Amusant de voir les réussites et les échecs qui ont suivi.

En juillet 1986, le minitel devient polyglotte. Le service MITRAD de la société Gachot propose la traduction de petits textes en ligne. Celle-ci est réalisée par le système Systran, leader déjà à l’époque, des logiciels de traduction. Les journalistes de Sciences & Avenir, l’ont testée. Ils ont demandé la traduction de « I love you » en italien. Dix minutes et 10 francs plus tard (2,60 € aujourd’hui), la réponse s’affiche à l’écran : « la amare ». Pas de chance, la bonne réponse était « ti amo ». Lorsque l’on utilise Google translation, aujourd’hui, on peut mesurer les progrès accomplis depuis.

Pointeur laser en 1987

En février 1987, la société Faw Simda, commercialise un pointeur laser – « miniaturisé » dit l’article -, d’environ 33 cm de long et 4 cm de diamètre. « Il désignera au cours des conférences ou des visites guidées, l’objet intéressant sur l’écran de projection… ». Coût : 4890 francs HT, soit 1230 € aujourd’hui !! De nos jours, on en trouve à foison, à moins de 10 €.

Septembre 1987. On souhaite déjà détecter les radars routiers. Pour à peu près la même somme que celle nécessaire à l’achat du pointeur laser ci-dessus, vous pouvez vous procurer un testeur de fréquence « mini-bip » par correspondance.

 

Un astéroïde va frôler la terre le 4 février

Illustration Le Parisien

Encore un titre dans la presse écrite qui fait peur : « Un astéroïde va frôler la terre le 4 février » selon Le Parisien.

Et il paraît que Thomas Perket est allé dans l’espace. Il convient de relativiser…

Comme je l’ai fait pour d’autres rencontres d’astéroïdes avec la terre, considèrons que celle-ci est un ballon sur un terrain de football. C’est quelque chose de concret pour tout un chacun. La lune est alors une balle de tennis située à 6,50 mètres du ballon.

L’astéroïde dont on parle aujourd’hui a pour diamètre 0,02 mm – soit un diamètre inférieur à celui d’un cheveu -, et il va, soit disant, frôler le ballon de football à une distance de 73 mètres de celui-ci. C’est à se demander si les journalistes savent ce que signifie le mot « frôler ».

Pesket, lui, ne s’est pas éloigné du ballon de football de plus de 7 mm. Quand au soleil, c’est une sphère de 24 mètres de diamètre, située à 2,6 kilomètres du ballon.

Croyance aux théories du complot

Il y a quelques jours, la presse a fait état d’un sondage de l’IFOP pour la fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch, dévoilant les croyances des Français en matière de « fake news ». Selon l’enquête, près de 80% des Français croiraient au moins à une théorie du complot.

Trouvant cette étude fort intéressante, j’ai voulu la connaître en détail. Ses résultats, ainsi que la note d’accompagnement publiée par la fondation Jean-Jaurès, peuvent être téléchargés depuis le site de Conspiracy Watch. Continuer la lecture

Marée basse et marée haute à Guerlédan

Deux ans séparent ces deux photos prises exactement au même endroit. Il n’y a pas de trucage…

Marée basse à Trégnanton le 18 octobre 2015

Marée haute à Trégnanton le 12 octobre 2017

Le barrage de Guerlédan a été construit entre 1923 et 1930. Le lac artificiel qu’il a créé, est le plus grand de Bretagne. Depuis sa première mise en eau, il a été vidé cinq fois : la dernière en 2015. Les six mois durant lesquels le lac est resté à sec, ont permis à la végétation de pousser.

Lorsque le lac est assèché, on peut voir les vestiges du canal de Nantes à Brest. Pas moins de 17 écluses ont été englouties. La photo ci-dessus montre celle de Trégnanton.

Bitcoins et Blockchains

Je suis fasciné par le bitcoin. Voilà une monnaie – créée à partir de rien, par un ou plusieurs individus anonyme(s) -, qui capitalise aujourd’hui plus de 100 milliards de dollars. C’est hallucinant.

Satoshi Nakamoto est le pseudonyme qui a été utilisé par le créateur du bitcoin. En fait, nul ne sait de qui il s’agit. Il a rendu public son logiciel (open source) en 2009. On pourrait penser à une arnaque. Mais ça marche : la valeur d’une monnaie réside dans la confiance qu’on lui accorde. Continuer la lecture

Journalisme d’investigation

Le jour où sort l’affaire des Paradise Papers, on apprend que Ferrero aurait changé sa recette du Nutella. Ça c’est du journalisme d’investigation !! Sud-Ouest, Ouest-France, Le Dauphiné Libéré, BFMTV, L’Obs, La Provence, La Voix du Nord,.., rapportent aujourd’hui ce scandale sur leurs sites respectifs. Il a été révélé suite à une enquête effectuée par une association de consommateurs allemands.

Certains média prennent des précautions. Ils emploient le conditionnel ou posent la question : « Ferrero aurait-il changé sa recette ?« . D’autres sont catégoriques : « Ferrero a changé sa recette« . Continuer la lecture

La loi de 1905 et les monuments religieux

Les réactions suscitées par la décision du Conseil d’État de confirmer l’obligation pour la mairie de Ploërmel de retirer la croix surplombant une statue de Jean Paul II installée sur une place publique, me fait réagir.

Sur un réseau social, je lis : « Une nation qui veut faire table rase de son passé est une nation en perdition. » Bien au contraire, c’est faire preuve de modernité que de s’être débarrassé de plusieurs siècles d’obscurantisme – grâce, notamment, à la loi de 1905 -, et d’être l’un des pays les moins « religieux » au monde. Continuer la lecture