L’innovation dans les années 80

J’ai récemment trié et jeté à la poubelle, une pile de vieux Sciences & Avenir des années 80, qui étaient dans mon grenier. J’en ai conservé quelques uns dont les articles sont intéressants. Certains traitent d’innovations qui se sont – ou pas – concrétisées plus tard. D’autres imaginent ce que sera notre vie… en l’an 2000. Amusant de voir les réussites et les échecs qui ont suivi.

En juillet 1986, le minitel devient polyglotte. Le service MITRAD de la société Gachot propose la traduction de petits textes en ligne. Celle-ci est réalisée par le système Systran, leader déjà à l’époque, des logiciels de traduction. Les journalistes de Sciences & Avenir, l’ont testée. Ils ont demandé la traduction de « I love you » en italien. Dix minutes et 10 francs plus tard (2,60 € aujourd’hui), la réponse s’affiche à l’écran : « la amare ». Pas de chance, la bonne réponse était « ti amo ». Lorsque l’on utilise Google translation, aujourd’hui, on peut mesurer les progrès accomplis depuis.

Pointeur laser en 1987

En février 1987, la société Faw Simda, commercialise un pointeur laser – « miniaturisé » dit l’article -, d’environ 33 cm de long et 4 cm de diamètre. « Il désignera au cours des conférences ou des visites guidées, l’objet intéressant sur l’écran de projection… ». Coût : 4890 francs HT, soit 1230 € aujourd’hui !! De nos jours, on en trouve à foison, à moins de 10 €.

Septembre 1987. On souhaite déjà détecter les radars routiers. Pour à peu près la même somme que celle nécessaire à l’achat du pointeur laser ci-dessus, vous pouvez vous procurer un testeur de fréquence « mini-bip » par correspondance.

 

Une réflexion au sujet de « L’innovation dans les années 80 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *