Techniques supposées pour réaliser des crop circles

Augmented_reality-glasses

Lunettes à réalité augmentée (photo Université du Texas)

J’ai réfléchi à la manière dont le crop circle de la ferme Ansty a pu être réalisé. Je laisse de côté l’outil qui a servi à coucher le blé. Ce peut-être une planche en bois, un bâton… là n’est pas le plus difficile. Ce qui m’intéresse, c’est comment les artistes ont visualisé les limites entre les zones où le blé devait être couché et celles où il devait resté dressé.

Je pense avoir trouvé. Deux techniques ont été utilisées conjointement : la géolocalisation par GPS différentiel et des lunettes à réalité augmentée.

Le GPS de base – celui de nos smartphones, par exemple -, n’est pas suffisamment précis pour permettre le positionnement nécessaire à la réalisation d’un agroglyphe complexe du type de celui de la ferme Ansty (cf. article précédent). Les artistes ont donc du utiliser un GPS différentiel (DGPS). La technique consiste à corriger les positions du récepteur GPS grâce à celles calculées par une balise GPS fixe installée dans le voisinage. Les corrections sont transmises par radio.

Le GPS différentiel est d’ailleurs utilisé en agriculture : de nos jours, des engins agricoles sont capables de travailler les champs en pilotage automatique. Le GPS différentiel est aussi utilisé pour la circulation aérienne et automobile : voitures Google et Tesla, par exemple.

Le positionnement est une chose, reste à comprendre comment les artistes ont visualisé les zones où le blé devait être couché et celles où il devait être laissé intact. Il y a de fortes chances pour qu’ils aient utilisé des lunettes à réalité augmentée.

crop_realite_augmentee

Simulation de ce que peut voir un créateur d’agroglyphe à travers des lunettes à réalité augmentée

Les lunettes à réalité augmentée liées à un positionnement par GPS différentiel sont aujourd’hui une réalité ;o) . Elles sont, par exemple, proposées pour visiter certains sites archéologiques (cf. l’archeoguide).

Imaginez le dessin des zones se superposant à la vision du terrain grâce à ces lunettes. J’ai essayé de représenter ci-contre ce que voit l’artiste. Je ne suis pas encore très doué dans l’utilisation de Gimp mais je pense que cela donne une bonne idée de ce que voit l’opérateur. Les traces sont censées être au sol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.