Le beau voyage d’une bouée dérivante

trackDans le cadre de mes activités professionnelles, je gère un réseau permanent d’environ 100 petites bouées qui dérivent dans l’Atlantique Nord et dans l’Arctique. Ces bouées sont constituées d’un flotteur de 40 cm de diamètre environ, muni d’une ancre flottante centrée à 15 mètres de profondeur lors de leur mise à l’eau.

Elles transmettent, en temps réel, toutes les heures, grâce aux satellites Iridium, leur position GPS ainsi que la température de la mer et la pression atmosphérique. Leurs données contribuent notamment à améliorer les prévisions météorologiques.

L’une d’elle (OMM n° 44774), mise à l’eau le 18 juillet 2012 par le navire océanographique espagnol Sarmiento de Gamboa près de la pointe sud du Groënland, s’est échouée le 4 janvier dans une petite crique du sud Finistère, à Porz Teg, entre Merrien et Doëlan plus exactement, sur la commune de Moëlan-sur-Mer. Chose incroyable, elle s’est échouée gentiment sur la plage, au fond de la crique, alors que la mer était particulièrement agitée : creux de 5 mètres si l’on en croit les houlographes les plus proches. Elle aurait pu se fracasser sur les rochers à seulement quelques dizaines de mètres de là. Elle n’avait plus son ancre flottante depuis plusieurs mois.

iridium_drifter_france

Bouée dérivante de type SVP-B

Comme l’indique la carte ci-dessus, la bouée a parcouru plus de 10000 km en 17 mois et demi à moins d’un demi nœud de moyenne (1 km/h). Elle a traversé l’Atlantique après avoir effectué une boucle dans la Mer du Labrador, rencontrant à cet endroit, des températures de la mer de l’ordre de 1°C. Plus tard, la température est montée jusqu’à 20°C l’été dernier, au milieu de l’Atlantique. La pression atmosphérique a varié, elle, de 962 hPa à 1046 hPa.

La bouée a d’abord été récupérée par des promeneurs qui l’ont emportée chez eux. Grâce à sa localisation, j’ai pu les contacter dès le lendemain. Ils ont du être surpris que je connaisse une partie de leurs activités de la veille. Ceux-ci ont quand même eu la gentillesse de me remettre la bouée et je les en remercie. Elle va maintenant être examinée et pourra peut-être repartir pour un autre périple si cela vaut le coup.

Pour en savoir plus sur ces bouées, vous pouvez visiter le site Web du Data Buoy Cooperation Panel (JCOMM) ou celui du Global Drifter Programme (NOAA).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.